In Blog Digital Learning

L’apprenant assujetti systématiquement à une seule et même démarche pédagogique se fatigue vite face à l’apprentissage. La méthode pour apprendre restant toujours la même, une routine s’installe et une démotivation gagne l’apprenant. De plus, les apprenants ont des profils d’apprentissage différents ; chacun apprécie certaines pédagogies plus que d’autres. Il est donc important d’apporter de la variété et de la diversité dans l’apprentissage. Combiner plusieurs démarches et méthodes pédagogiques permet de motiver les apprenants, de donner une fluidité à l’apprentissage tout en reprenant un même message pédagogique pour une meilleure assimilation.

 

La démarche déductive

Elle consiste à aller du général au particulier, c’est-à-dire à présenter d’abord un principe général (la règle), de s’assurer de la compréhension des apprenants en illustrant l’idée générale avec quelques exemples puis à proposer des exercices d’application de ce principe afin de renforcer sa mémorisation.

Avantage : la démarche permet de développer un raisonnement logique ; elle est « rassurante »

Limite : elle occulte la recherche et le raisonnement.

 

La démarche inductive

Elle consiste à aller du particulier au général. Elle consiste à mettre l’apprenant en situation de découverte (réalisation, observation, analyse, expérimentation…) à partir de laquelle le concept ou le principe général pourront être construits.

Avantage : la démarche permet d’émettre des hypothèses, de sortir du contexte et de partir de la réalité vécue.

Limite : la maîtrise d’une notion peut nécessiter de recourir à des applications multiples (démarche déductive).

 

La démarche analogique

Elle consiste à transposer à un nouveau contexte, un traitement ou une solution déjà connue. Elle permet la compréhension d’un phénomène nouveau en se référant à la connaissance acquise d’un autre phénomène (exemple : courant électrique/courant fluvial).

Avantage : la démarche permet de conceptualiser un phénomène abstrait par référence à un phénomène concret.

Limite : une généralisation abusive à partir de ressemblances approximatives

 

La démarche dialectique

Elle consiste à mettre des connaissances en contradiction les unes par rapport aux autres pour mieux identifier chacune d’elles. Le raisonnement s’élabore dans le cadre d’une confrontation de points de vue.

Prise en compte des points de vue contradictoires > observation du réel > analyse critique des données > émission d’hypothèses > validation des hypothèses > synthèse.

Avantage : Cette démarche convient pour l’apprentissage de concepts abstraits à partir de points de vue différents.

Limite : prend du temps (scénarisation complexe)

 

A ces démarches pédagogiques, sont associées des méthodes pédagogiques :

 

La méthode transmissive (historique et familière) qui entraîne une approche progressive, linéaire et séquentielle des acquis. Les supports pédagogiques pourront prendre des formes variées : simple textes, images, démonstrations, présentations scénarisées de simulations…  Cependant, l’apprenant suivra ces animations de manière passive. La méthode transmissive permet d’améliorer l’installation d’images mentales facilitant l’apprentissage et reste efficace pour véhiculer des savoirs, des connaissances du support pédagogique vers l’apprenant.

La méthode comportementaliste qui résulte d’une suite de « stimulus-réponse ». Elle privilégie l’assistance technique et le guidage plus ou moins « linéaire et séquentiel » des activités, correspondant souvent à des démarches de résolution de problèmes. La résolution de problèmes va se traduire par des choix d’intention qui vont donner des scénarii différents selon chaque choix. Cette pédagogie permet la mise en place d’une stratégie face à une problématique donnée tout en sollicitant les capacités d’observation, d’analyse et de réflexion de l’apprenant. Les situations problèmes peuvent être notifiées lors de la délivrance d’une mission ou encore révélées par l’observation d’une situation… Efficace pour les apprentissages « techniques » à court et moyen terme, cette méthode privilégie le résultat.

La méthode constructiviste qui favorise l’expérience active de l’apprenant. Cette méthode facilite les approches de formation fondées sur la recherche, le tâtonnement, les essais et les erreurs. L’apprenant construit ses connaissances en situation par la réflexion sur ses actions et leurs résultats. Il est pédagogiquement tout à fait intéressant de permettre à l’apprenant d’apprendre en faisant des erreurs. Cela lui permet de ne pas refaire ces mêmes erreurs une fois celles-ci analysées. Ceci va l’aider à construire son propre savoir ou savoir-faire. Favoriser la remédiation dans le cadre d’évaluation formative, permettre de visualiser les conséquences de ses actions ou de ses choix sont des formes que peut revêtir cette pédagogie. Les supports pédagogiques pourront être des mini-jeux, des animations…

De plus dans son approche pédagogique, Audace Digital Learning met en œuvre deux types d’évaluation (sommative, formative) récurrentes et omniprésentes. L’évaluation formative s’apparente à un processus d’accompagnement qui rend lisible les variables dans l’apprentissage. L’intégration de scores socialise la formation et apporte une motivation à la réussite de l’apprentissage. La motivation à l’acquisition des connaissances est démultipliée par le fait d’avoir à gérer des « défis ».

Pour répondre aux exigences d’attention et de motivation des apprenants, il est important d’adapter les contenus aux spécificités du Digital Learning. Il faut privilégier les temps courts, la segmentation des savoirs et favoriser les interactions plutôt que la passivité face à l’écran.

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

Contactez-nousDemandez un devis