Intégrez le e-learning en 5 étapes

 In Blog Digital Learning

Avec la crise sanitaire, la transformation des formations présentielles en formations à distance est presque devenue un passage obligé pour les organisations, soulevant pour beaucoup un grand nombre d’interrogations : comment convertir les contenus existants en e-learning ? Comment favoriser l’engagement des apprenants et les fédérer autour de ce nouveau dispositif ? Les experts d’Audace Digital Learning partagent avec vous leurs conseils pour transformer vos formations présentielles en e-learning et enrichir votre catalogue de formations 100% à distance.

Confinement, chômage partiel, télétravail, retour du présentiel, reconfinement… L’année que nous venons de traverser a rebattu les cartes de la formation professionnelle, avec une montée en puissance du e-learning. Encore appelée formation à distance (ou e-learning), ce type de formation en ligne utilise Internet et les nouvelles technologies digitales, dans le but d’améliorer les processus d’apprentissage. Le e-learning permet aux apprenants de se former où qu’ils soient et quand ils le souhaitent en ayant accès à différents contenus pédagogiques 24h/24, 7J/7. Ils peuvent ainsi se former dans le domaine qui les intéresse et, cerise sur le gâteau, toujours à leur rythme.

1. Choisissez votre stratégie pédagogique

Pour commencer, il est important de réfléchir à la construction du parcours de formation et d’évaluation souhaités. A ce titre, la norme SCORM est un véritable gage de qualité des modules de formation en e-learning.

De quoi s’agit-il ? Le SCORM (Sharable Content Object Reference Model) est recommandé dans le cadre d’une formation mettant en œuvre une validation des compétences. Les programmes SCORM permettent de proposer un parcours de formation dynamique, personnalisé et en temps réel, en lien avec la progression de l’apprenant.

Souhaitez-vous évaluer vos apprenants sur un parcours unique (on parlera ici de stratégie monosco) ? Ou adapter vos évaluations sur des critères personnalisés (stratégie multisco) ? Dans ce deuxième cas, à quelles étapes du parcours de formation allez-vous placer les évaluations ?

Il peut être intéressant de baser votre parcours de formation sur plusieurs étapes d’évaluation :

  • une évaluation en amont de la formation, permettant de clarifier le positionnement de vos apprenants et leurs besoins en formation ;
  • une évaluation à chaud afin de valider l’acquisition des notions apportées
  • une évaluation a posteriori qui permettra d’évaluer l’intérêt professionnel de la formation et sa mise en application sur le terrain.

 

Vous l’aurez compris, la première étape – et non la moindre – dans la mise en œuvre d’un e-learning est donc de songer à votre stratégie SCORM.

Visionnez le replay de notre webinar sur l’évaluation dans la formation

2. Définissez votre démarche pédagogique

Passer d’une formation présentielle à un module de formation e-learning ne s’improvise pas. En effet, il ne suffit pas de basculer le contenu de la formation vers le module e-learning en « le digitalisant ». Il faut entièrement repenser sa pédagogie en misant de préférence sur la pédagogie inductive.

Qu’est ce que la pédagogie inductive ? La pédagogie inductive s’appuie sur une volonté d’aborder les items de connaissance par le biais du « questionnement » et de la « mise au défi » de l’apprenant. Elle repose donc sur deux grandes étapes :

  1. Une première phase de questionnements, d’observations, d’études de cas ou d’expérimentations
  2. Une phase d’analyse ou “feedbacks” lui permettant d’aboutir à des observations plus larges qui viennent délivrer la connaissance de façon claire et précise.

Grâce à cette méthode, l’apprenant devient véritablement acteur de sa formation.

Retrouvez notre article sur les différentes démarches pédagogiques

3. Séquencez votre formation

Si l’on considère que notre temps de concentration maximal est de 10 minutes, il est important de séquencer vos formations en grains pédagogiques courts et « digestes », à savoir des modules de 15 à 20 minutes maximum. Cela correspond à la formulation d’environ 3 notions (explication + exercice soit 10 à 15 écrans) dans ce temps imparti.

Pour y parvenir, tentez de diviser votre scénario pédagogique existant en séquences. Toutes les séquences présentielles peuvent trouver leurs équivalents dans le domaine de la formation à distance, avec l’apport de rich content. Texte, son, images 2D ou 3D, vidéo, simulation 3D: le « rich content » (ou contenu riche) se compose de différents formats multimédias intégrés à des présentations et utilisés à des fins pédagogiques ou informatives.

En enrichissant vos modules de formations de contenus multimedia, vos formations gagneront en puissance. En passant de l’image fixe à l’image animée, vous offrez à vos apprenants l’opportunité de vivre des expériences stimulantes, qui accélèreront leur compréhension des notions ou mécanismes abordés et faciliteront leur apprentissage en générant chez eux de l’émotion positive.

4. Favorisez l’engagement de vos apprenants

Pour répondre aux exigences d’attention, de motivation et d’engagement qui permettent de bénéficier de taux de complétude satisfaisants, il faut :

  1. Obtenir l’attention

Sans attention, pas de compréhension, et pas de mémorisation. Pour l’obtenir, il y a un prérequis : créer une «émotion positive». Il peut s’agir d’un storytelling, d’une ludification, d’une ambiance musicale ou encore d’un graphisme particulièrement esthétique ou inattendu.

 

  1. Maintenir la motivation

Réussir son dispositif de formation, c’est savoir s’adapter aux attentes de l’apprenant. C’est ce qu’a voulu démontrer Richard Bartle en cocréant MUD (Multi-User Dungeon), un jeu multijoueur d’aventure textuel en ligne (sans graphisme). En analysant la façon dont les joueurs préfèrent jouer dans un monde virtuel, Bartle a établi 4 portraits psychologiques de joueurs :

  • Killer : joueur qui joue pour jouer et pour gagner
  • Achiever : joueur compétitif, qui aime relever des défis difficiles
  • Explorer : joueur qui aime explorer, découvrir des choses que les autres n’ont pas vues
  • Socializer : joueur qui joue avant tout pour partager une expérience, il souhaite avancer en équipe.

A la suite de cette classification, Bartle a donc essayé de répondre au mieux aux attentes de chaque classification de joueur en créant une nouvelle version du jeu faisant appel à chacun des portraits, favorisant ainsi des émotions positives.

Vous l’aurez compris, l’intérêt ici est de bien connaître votre cible et leurs attentes, pour leur proposer une variété de contenus ou procédés de gamification capables d’obtenir l’attention de tous et de s’appuyer sur des leviers de motivation comme :

  • résoudre des énigmes en pariant sur l’envie de trouver des solutions
  • obtenir des récompenses en fournissant des feedbacks après chaque activité
  • susciter la curiosité en provoquant l’envie de découvrir
  • avoir des surprises en utilisant le décalage, les métaphores

 

3. Travailler la mémorisation

Comme nous l’avons abordé précédemment, pour s’assurer de la mémorisation, il est capital de faire restituer l’information par le biais :

  • d’évaluations formatives tout au long du parcours
  • d’évaluations sommatives en fin de parcours.

Dans certains cas (notions complexes à intégrer, risques importants…), il peut être intéressant de coupler le module à du spaced learning. Cette méthode d’évaluations à intervalles définis vise à lutter contre la courbe de l’oubli.

La méthode de mise en œuvre d’une formation complémentaire de ce type s’appuie sur plusieurs phases d’évaluation permettant d’ajuster le contenu à la réalité de l’apprenant. Les évaluations permettent d’identifier les notions sur lesquelles l’apprenant présente plus ou moins de difficultés. Pour ce faire, il s’agit de diviser les évaluations par « thèmes » (ou notions) afin de pouvoir exploiter facilement les résultats obtenus. L’idée est donc de composer une « banque de questions » afin que l’outil puisse ajuster les différentes phases d’évaluation aux résultats de l’apprenant en piochant, à chaque phase, les questions appropriées (sans jamais les répéter).

Le second élément déterminant dans la mise en œuvre d’un outil de type « spaced learning » est le temps qui sépare les différentes phases d’évaluation. L’idéal est de positionner les rappels au moment précis où l’apprenant commence à oublier. La détermination de ce moment est complexe (chaque apprenant présente des prédispositions différentes à la rétention d’information).

L’algorithme mis au point par le scientifique, Piotr Wozniak, semble définir une approche « rationnelle » de ce concept d’oubli et permet de définir un rythme (adapté aux objectifs d’ancrage mémoriel poursuivis) : J+7; J+16; J+35.

5. Faire appel à un expert !

Vous l’aurez compris : l’intégration du e-learning dans votre politique de formation ne s’improvise pas : en soignant la construction de votre dispositif, vous en optimiserez la performance de votre outil et accélérerez l’employabilité de vos salariés pour un véritable retour sur investissement.

Besoin d’accompagnement ? Nos experts se tiennent à votre disposition pour mener à bien votre projet.

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

Contactez-nousDemandez un devis