L’accueil des nouveaux arrivants à l’heure du Digital Learning

 In Blog Digital Learning

Toute entreprise doit prévoir une formation à la sécurité des salariés dès leur arrivée. Cette formation vise à informer le salarié sur les mesures de prévention à appliquer et la conduite à tenir en cas d’accident. La formation à la sécurité doit notamment aborder les conditions de circulation dans l’entreprise, les conditions d’exécution du travail, la conduite à tenir en cas d’accident. Longtemps, ces formations se sont déroulées dans le cadre de sessions présentielles parfois réussies car « dopées » par un super animateur mais souvent… longues et ennuyeuses. Or, l’accueil des nouveaux embauchés est un moment clé pendant lequel une image positive de l’entreprise doit s’imprimer en mémoire pour favoriser l’intégration, la confiance et la sécurité.

De plus en plus d’entreprises choisissent de s’appuyer sur le Digital Learning pour renforcer l’engagement de leurs nouveaux salariés au travers de parcours aussi complets que ludiques basés sur des modules e-learning ou des serious games. Les objectifs poursuivis sont principalement :

  • Insuffler une culture d’entreprise et renforcer l’adhésion 
  • Rendre la formation plus attractive par le biais d’un outil adapté aux « digital natives »
  • Améliorer la mémorisation des informations délivrées et donc la sécurité en passant du mode passif au mode actif
  • Alléger les agendas des managers, formateurs occasionnels
  • Fluidifier le process de formation en ayant la possibilité de former à tout moment
  • Réduire le temps de la formation

Audace a ainsi été amené à créer plusieurs parcours de « onboarding » pour des clients aussi différents qu’Orano (accueil des intervenants en centrales nucléaires), Poivre Rouge (accueil des équipiers en restaurants), Parc Astérix (accueil des nouveaux saisonniers), Supermarchés Match (accueil des nouveaux entrants en entrepôts frais, en entrepôts secs, en magasins)…

Le cocktail gagnant pour ce type de parcours reste peu ou prou le même : pédagogie inductive, ludification et restitution de l’information.

La pédagogie inductive s’appuie sur une volonté d’aborder les items de connaissance par le biais du « questionnement » et de la « mise au défi » de l’apprenant. Dans un second temps, ce que l’on nomme les “feedbacks” délivrent la connaissance de façon claire et précise. L’intérêt de cette méthode : rendre l’apprenant véritablement acteur de sa formation.

La ludification vise quant à elle à créer l’émotion. Sans attention, pas de compréhension, et donc pas de mémorisation. Pour l’obtenir, il y a un prérequis : créer une «émotion positive». Il s’agit pour cela de s’appuyer sur des leviers de motivation comme soumettre des énigmes en pariant sur notre envie de trouver des solutions ; offrir des récompenses ; susciter la curiosité en provoquant l’envie de découvrir, d’explorer; créer la surprise en utilisant le décalage, la métaphore…

Enfin, pour s’assurer de la mémorisation, il est capital de faire restituer l’information par le biais d’évaluations formatives tout au long du parcours et sommatives en fin de parcours.

Dans certains cas (notions complexes à intégrer, risques importants…), il peut être intéressant de coupler les premiers modules de onboarding à du spaced learning qui vise à lutter contre la courbe de l’oubli. La méthode de mise en œuvre d’une formation complémentaire de ce type s’appuie sur plusieurs phases d’évaluation permettant d’ajuster le contenu à la réalité de l’apprenant. Les évaluations permettent d’identifier les notions sur lesquelles l’apprenant présente plus ou moins de difficultés.

Pour ce faire, il s’agit de diviser les évaluations par « thèmes » (ou notions) afin de pouvoir exploiter facilement les résultats obtenus. L’idée est donc de composer une «banque de questions» afin que l’outil puisse ajuster les différentes phases d’évaluation aux résultats de l’apprenant en piochant, à chaque phase, les questions appropriées (sans jamais les répéter).

Un élément déterminant dans la mise en œuvre d’un outil de type « spaced learning » est le temps qui sépare les différentes phases d’évaluation. L’idéal est de positionner les rappels au moment précis où l’apprenant commence à oublier. La détermination de ce moment est complexe (chaque apprenant présente des prédispositions différentes à la rétention d’information).

L’algorithme mis au point par le scientifique, Piotr Wozniak, semble définir une approche « rationnelle » de ce concept d’oubli et permet de définir un rythme (adapté aux objectifs d’ancrage mémoriel poursuivis) : J+7; J+16; J+35.

Un doute ? Accompagnez Edith Aurial, grand reporter pour un célèbre magazine spécialisé dans la distribution et personnage principal de la collection de e-learning « Accueil sécurité entrepôts » de l’enseigne de distribution Supermarchés MATCH. Avec son concours, comprenez l’activité d’un entrepôt frais ou sec MATCH, identifiez les principaux risques et adoptez les règles essentielles de sécurité. Bienvenue à bord !

 

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

Contactez-nousDemandez un devis